Le Québec Veut Dire Au Revoir à «Hi» et Salut à «Bonjour».

Afin de préserver la langue, les familles qui migrent au Québec doivent également envoyer leurs enfants dans une école francophone.

Mais à Montréal, ville multiculturelle et moderne, le français et l’anglais cohabitent souvent au quotidien. Beaucoup de jeunes Québécois passent avec facilité d’une langue à l’autre, entre autres parce qu’ils sont exposés à un régime continu de culture populaire américaine et à du contenu anglophone sur les réseaux sociaux.

Entrez dans une boutique ou un restaurant du centre-ville de Montréal et il a de bonnes chances que le commerçant vous accueille avec un « Bonjour, hi ». Une salutation hybride qui reflète le bilinguisme tant vanté de cette ville cosmopolite.

Photo

Vue du centre-ville de Montréal depuis le sommet du Mont-Royal. L’usage du français au travail a diminué de 2,3% au cours de la dernière décennie.

Credit
Robert Wright pour The New York Times

Cette coutume irrite les membres du Parti Québécois, formation politique qui milite pour l’indépendance du Québec. Le parti a déposé une motion à l’Assemblée nationale invitant «tous les commerçants et tous les salariés qui sont en contact avec la clientèle locale et internationale de les accueillir chaleureusement avec le mot “Bonjour”». Et rien d’autre que «Bonjour».

La motion, qui n’a pas de portée légale, a été adoptée jeudi à l’unanimité, avec 111 voix pour et 0 contre.

Même si les soutiens de la motion affirment qu’elle sert à protéger l’identité culturelle québécoise, certains commerçants se sont rapidement rebiffés.

Au magasin de vélo Giant situé dans un quartier bilingue de l’ouest de la ville, un groupe francophone d’amateurs de vélos est réuni pour discuter des difficultés à circuler en hiver. Le français et l’anglais sortent de leurs bouches aussi facilement qu’un…

Read the full article from the Source…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *